logo


Maquette du S3

<< Retour Licence 2

Unités d’enseignements

    • LGG 311 – Les enjeux du climat

      Enseignants : Z. Nouaceur
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : La machine atmosphérique est un système complexe qui convertit et redistribue l’énergie solaire reçue sur terre. Dans la première partie, ce cours se propose d’aborder les principaux facteurs qui régissent cette dynamique à travers la connaissance des principales caractéristiques de la circulation atmosphérique. Une deuxième partie sera consacrée aux rapports de l’homme et du climat.
      Bibliographie :
      Le Cœur Charles, Éléments de Géographie physique, Ed Bréal, 1996.
      Guyot Gérard, Climatologie de l’environnement, Armand Colin, 1999.
      Vigneau Jean – Pierre, Géoclimatologie, Ellipses, 2000.
      Beltrando Gérard, les climats, Processus, variabilité et risques, Dunod, 2011.
      Modalités de contrôle : Seront précisées à la rentrée

    • LGG 312 – Option Histoire

      (Se renseigner en septembre auprès de la secrétaire)

    • LGG 313 – Environnements en sociétés

      Enseignants : E. Leclerc / S. Gilles
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu  (pourra être soumis à une nouvelle proposition de l’enseignant titulaire) : Les questions d’environnement sont transversales éminemment pluridisciplinaires. Les géographes y posent leurs problématiques sous l’angle des espaces et des territoires. Nous introduirons l’idée de nature comme un concept contingent. En effet, elle s’invente aussi bien au miroir colonial (les tropiques : latitudes à risques ?) qu’en fonction des idéologies et des religions. Ces dernières placent plus ou moins l’homme au centre de la création et dès lors légitiment une gestion différentielle des milieux et des paysages. Faut-il donc plier l’homme à la nature ? Le développement durable n’est-il que le dernier avatar de la croyance au mythe du développement ? Dans un deuxième temps, nous verrons que l’interface Environnement/Santé illustre un système où les hommes sont bien des éléments de la nature s’organisant en sociétés.
      Bibliographie : Elle sera proposée en début de semestre
      Modalités de contrôle : 1 épreuve de Contrôle Continu en TD / 1 examen terminal

    • LGG 314 – Epistémologie de la Géographie

      Enseignants : C. Legras
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : « L’épistémologie de la géographie étudie la façon dont sont produites les connaissances géographiques. Le cours portera principalement sur la géographie française, en s’ouvrant un peu aux autres géographies qui l’ont influencée. Il montrera l’impact des contextes historiques, politiques, économiques, culturels, sociaux et bien évidemment scientifiques sur les grandes orientations prises par la géographie française depuis son institutionnalisation. La méthode de l’épistémologie repose avant tout sur une démarche de contextualisation des connaissances. En révélant les mécanismes qui ont produit la diversité des approches du monde, l’épistémologie produit des connaissances propres. En permettant de comprendre comment les connaissances scientifiques sont produites, l’épistémologie participe pleinement à la formation d’un esprit critique attendu d’étudiants d’université. »
      Bibliographie : Elle sera proposée en début de semestre
      Modalités de contrôle : Seront précisées à la rentrée

    • LGG 315 – Géographie culturelle et politique

      Enseignants : M. Bussi et O. Louiset
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : Deux approches sont proposées ici, de la question politique et de la question culturelle et politique :

      Michel Bussi (10h CM+ 6hTD) : fondements et définitions de la géographie politique.
      Tout d’abord, nous reviendrons sur la relation entre la géographie et le politique : le recours originel à l’explication déterministe, le retour à la géopolitique dans les années 70, et enfin les nouveaux horizons tels que l’individu comme acteur politique, les enjeux politiques de la mondialisation ou la démocratie planétaire.
      Puis nous aborderons et définirons les concepts majeurs en géographie politique : vivre ensemble (minorités, races, religions, langues…) ; découper l’espace (frontières, découpages…) ; approprier les lieux (toponymies, espaces symboliques, hauts-lieux…) ; gouverner (État, nation, assemblées, partis, démocratie…) ; coopérer (gouvernance, coalitions, espaces frontaliers, intercommunalités…). Ils nous permettront de nous poser la question conclusive : la géographie sert-elle aujourd’hui à faire la paix ?
      Les TD seront organisés principalement autour d’études d’exemples de conflits localisés à différentes échelles.
      Bibliographie :
      Rosière S. (dir), dictionnaire de l’espace politique, A.Colin, 2008
      Bussi M., Badariotti D., 2005, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire – démocratie – élections, Paris, Economica-Anthropos, coll. « Villes-géographie ».
      Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

      Odette Louiset (10h CM+ 6hTD) : le fait culturel et politique en géographie.
      Dans un monde de plus en plus « mondialisé », la question de la différenciation culturelle des sociétés semble se renouveler sans cesse. Comment le fait culturel est-il abordé en géographie quand la dimension culturelle ne peut être dissociée des autres dimensions politique et sociale? En évitant l’essentialisme culturel qui dresserait un tableau figé et compartimenté du monde, il y a place pour observer la diversité du monde en questionnant les grilles de lecture « occidentales ». En s’intéressant de près aux relations établies par les sociétés avec leur espace, les géographes contribuent à penser le rapport identité/territoire dont la nature est trop souvent présupposée. Cet enseignement tente d’éclairer ces thématiques de façon critique et aborde la question du statut d’une géographie culturelle renouvelée, au sein des sciences humaines et sociales.
      Bibliographie :
      Bayart J.F. , 1996, L’illusion identitaire, Paris, Fayard.
      Amselle J.-L., 2008, L’occident décroché, Paris, Stock.
      Staszack J.-F. et Claval P. (dir.), 2008, « Où en est la géographie culturelle ? », Annales de Géographie, n° 660-661.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  40 % ; Examen : 60 %

    • LGG 321 – Statistique multivariée

      Enseignants : F. Lucchini
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Cet enseignement approfondit les méthodes statistiques abordées en première année en analyse descriptive (qui sont supposés assimilées). Ce module a à la fois une facette théorique et pratique. La présentation théorique se centre sur l’analyse de données à n variables, que l’on utilise pour comprendre les interrelations complexes qui existent dans un tableau de données (par exemple un recensement de population) portant sur des espaces géographiques (par exemple les villes françaises). Les méthodes d’algèbre linéaire présentées sont l’ACP (analyse en composantes principales), l’AFC (analyse factorielle des correspondances) et la CAH (classification Ascendante Hiérarchique). Le cours associe une présentation théorique à la manipulation d’exercices de calculs sur les espaces vectoriels et euclidiens, de manière à comprendre les concepts de représentation géométrique des variables statistiques dans un espace de grande dimension.
      La partie pratique de cet enseignement, en Travaux Dirigés sur ordinateur, est consacrée à réaliser des analyses factorielles par manipulation d’un logiciel d’analyse des données, mais surtout à produire une interprétation géographique de ces analyses (mise en évidence d’une structuration spatiale par la réalisation d’une typologie et par une cartographie des résultats).
      Bibliographie :
      GROUPE CHADULE, 1987, Initiation aux pratiques statistiques en géographie, Masson.
      SANDERS L., 1989, L’analyse statistique des données en géographie, Reclus.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  (Exercice sur machine): 40 % ; Examen (Devoir écrit): 60%

    • LGG 322 – Images et photo-interprétation

      Enseignants : Y. Vaguet
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : La photographie aérienne ou l’image satellitale constitue un document à part entière pour le géographe quelle que soit sa spécialisation (géographie urbaine, géographie rurale, géomorphologie, biogéographie…). Cependant, leur usage requiert une formation spécifique qui fait l’objet de cet enseignement.
      Dans le cadre du cours et des TD, une réflexion sur le paysage et l’imagerie spatiale est menée. Plus spécifiquement, le cours aborde les variétés de prises de vue photographiques et les caractéristiques des satellites susceptibles de fournir de l’information spatiale au géographe. La géométrie de ces images et leurs déformations sont abordées. Le rayonnement électromagnétique est présenté ainsi que la complémentarité des images multispectrales. Types de vue et bandes spectrales sont discutés en termes d’inconvénients et d’intérêts selon les objectifs de l’utilisateur. Des clefs d’interprétation sont évoquées par le biais de thématiques variées.
      Bibliographie : Elle sera proposée en début de semestre

    • LGG 323 – Anglais appliqué à la Géographie

      Enseignants : Y. Vaguet, Vacataire
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 1 ECTS
      Contenu : Cet enseignement vise à familiariser les étudiants avec la géographie pratiquée par les collègues anglo-saxons (E.U., R.U., monde anglophone) et à améliorer le niveau de langue anglaise à l’oral comme à l’écrit. Cet enseignement a pour objectif de développer les compétences des étudiants à l’international. Suite logique de LGG 233.
      Bibliographie : Elle sera proposée en début de semestre
      Modalités de contrôle : Seront précisées à la rentrée

    • LGG 331 – Les acteurs de la mondialisation

      Enseignants : A. Brennetot
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Ce cours vise à proposer un aperçu géohistorique des dynamiques habituellement de la mondialisation contemporaine (massification des circulations, émergence des réseaux, interdépendance croissante des territoires, etc.). Une attention particulière sera accordée à la façon dont les acteurs géographiques (États, associations, entreprises, médias, communautés, etc.) envisagent ce processus et déploient, en conséquence, des stratégies adaptées aux fins qu’ils poursuivent. La mondialisation sera ainsi interrogée à travers l’étude critique des différents projets de territorialisation qui entrent en concurrence aujourd’hui dans la recherche politique d’une organisation géographique du monde.

      L’analyse sera centrée sur le lien entre la pratique des acteurs et les théories, doctrines et croyances morales ou politiques qu’ils mobilisent pour justifier leurs comportements. Les TD seront consacrés à l’analyse de discours portés sur la mondialisation par différents types d’acteurs (organisations internationales, médias, savants et intellectuels, militants politiques, etc.).
      Bibliographie : Elle sera proposée en début de semestre

    • LGG 332 Aménagement et urbanisme

      Enseignants : Y. Vaguet, M. Bussi, M. Pons
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Texte non fourni en juillet
      Bibliographie : Sera précisée à la rentrée
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  40 % ; Examen : 60 %

    • LGG 333 – Environnements : approches méthodologiques

      Enseignants : D. Mouralis – D. Todisco
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Cet enseignement porte sur l’étude géomorphologique des paysages ainsi que sur l’analyse des formations superficielles et des sols qui témoignent de l’évolution morphologique et environnementale des milieux biophysiques.
      Les étudiants se familiariseront au vocabulaire de base de la géomorphologie structurale et climatique, de la pédologie, et à la lecture des paysages à l’aide de différents outils : cartes topographiques et géologiques, coupes stratigraphiques, profils pédologiques, etc… ainsi qu’au maniement des échelles chronologiques de l’histoire de la terre. Ces outils et méthodes permettront d’étudier différents types de reliefs associés aux diverses structures géologiques, en analysant les paysages à des échelles variées, des ensembles continentaux en relation avec la tectonique des plaques jusqu’aux modelés de versants. La lecture des paysage et la compréhension des environnements seront appréhendées à travers l’étude des formations superficielles, des sols et paléosols.
      Différents thèmes seront abordés : 1) Les outils de la géomorphologie structurale (cartes topographiques et géologiques, échelles chronologiques et stratigraphiques, coupes géologiques, etc…) ; 2) Reliefs et structures géologiques (paysages des plaines et plateaux ; montages, etc…) ; 3) Les formations superficielles, marqueurs des évolutions paléoenvironnementales (notion d’héritage, terrasses alluviales, moraines et glaciations quaternaires, etc…) ; 4) Les processus pédologiques et la géographie des sols
      Bibliographie :
      Archambault M., Lhénaff R. et Vanney J-R., 1990, Documents et méthode pour le commentaire de cartes, Tomes 1 et 2 (102 et 166 p.)
      Coque R.,1998, Géomorphologie, Armand Colin, 503 p.
      Dewolf Y, Bourrié, G., 2008. Les formations superficielles, Ellipses Marketing, 798 p.
      Duchaufour P, 2004, Introduction à la science du sol, Dunod, 6e ed, 344 p.
      Lageat Y., 2004, Les milieux physiques continentaux, Belin, 191 p.
      Peulvast J-P. & Vanney J-R., 2001, Géomorphologie structurale, co-édition BRGM, Gordon and Breach et SGF, Tome 1 et 2 (505 et 523 p.)
      Modalités de contrôle : Contrôle continu 40 % ; Examen : 60 %

    • LGG 334 Projet tutoré en groupe (« greffé » sur LGG 332, 333 et 334)

      Enseignants : Ceux de LGG 332-333-334
      Durée : 12 h TD des modules LGG 332, 333 et 334 ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Dans ce projet interviendront les enseignants des modules de LGG 332, 333 et 334 . Il consistera à élaborer un dossier de travail de terrain avec production de données originales sur une thématique en environnement ou en aménagement, et en complément des CM des Modules ci-dessus cités
      Bibliographie : sera adaptée au cas particulier de chaque groupe de travail
      Contrôle : Restitution d’un travail en groupe de terrain avec production de données originales (dossier écrit : 50% présenté à l’oral :50%)