logo


Maquette du S5

<< Retour Licence 3

Unités d’enseignements

    • LGG 511 – Géographie des risques naturels

      Enseignants : D. Mouralis
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : La géographie des risques naturels pose de manière renouvelée la question fondamentale des rapports entre les sociétés et leurs milieux (plus ou moins « naturels » et « anthropisés ») tout en faisant éclater les distinctions traditionnelles qui séparent les champs physiques et sociaux. Cette géographie du risque est présentée ici à différentes échelles, mondiale, régionale et locale. Les différents exemples étudiés montrent que les risques dits « naturels » doivent être envisagés dans leur double composante : l’aléa et la vulnérabilité. Cette dernière conditionne largement l’intensité des catastrophes.
      Les exemples étudiés en cours et en TD, issus des différentes régions du monde, permettent de présenter la diversité des aléas « naturels » (lithosphériques, climatiques, géomorphologiques, etc…) et les processus physiques qui les gouvernent. L’étude des modes de gestion des situations de risque permet de souligner la diversité des réponses sociales face à ces aléas.
      Bibliographie :
      Dauphiné A., 2001, Risques et catastrophes. Armand Colin, 288 p.
      Lefèvre C. & Schneider J-L., 2002, Les risques naturels majeurs. GB-BRGM, 306 p.
      Veyret Y., Garry G. & Meschinet de Richemond N. (dir.). 2004, Risques et aménagements en Europe. Armand Colin, 254 p.
      Beck, U., 2001, La société du risque. Flamarion (coll. Champs). 521 p.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  40 % ; Examen : 60 %

    • LGG 512 – Analyse spatiale


      Enseignants :
      F. Lucchini/B. Elissalde
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : L’analyse spatiale repose sur un ensemble de concepts et de méthodes qui interprètent l’aménagement de la surface de la terre par les sociétés humaines, à travers des principes généraux et des modèles d’organisation de l’espace. Cela consiste, entre autres choses, à repérer la position relative des lieux, expliquer la localisation des objets géographiques et à comprendre la morphologie des réseaux. Les principaux points abordés en cours sont les systèmes de peuplement en termes de positions absolues et relatives (Positions, Localisations, Distances, Indicateurs spatiaux simples) et de distribution de lieux (Formes de semis de points, Processus générateurs, Test des quadrats, Test du plus proche voisin). Sont aussi présentés les réseaux et les graphes, les systèmes de villes, les modèles d’interaction spatiale (modèles gravitaires, modèles de position). On aborde également l’homogénéité et les ressemblances, la proximité spatiale et l’autocorrélation spatiale, les mesures de spécialisations régionales, ainsi que la diffusion spatiale et la contraction spatio-temporelle. La partie Travaux Dirigés est consacrée à la manipulation de plusieurs méthodes d’analyse spatiale.
      Bibliographie :
      BRUNET R., DOLLFUS R, 1990, Mondes nouveaux, Livre Premier : Le déchiffrement du monde, Hachette, Reclus
      HAGGETT P., 1973, L’analyse spatiale en géographie humaine, Armand Colin.
      PUMAIN D., SAINT-JULIEN Th., 2010, L’analyse spatiale. Les localisations, Cursus, Armand Colin.
      PUMAIN D., SAINT-JULIEN Th., 2010, L’analyse spatiale. Les interactions, Cursus, Armand Colin.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  (Dossier): 40 % ; Examen (dissertation): 60%

    • LGG 513 – Inde

      Enseignants : E. Leclerc, E. Eliot, O. Louiset
      Durée : 20 h de CM, 12 h de TD; Crédit : 4 ECTS
      Contenu : Une géographie de l’Inde à l ‘échelle régionale et mondiale.
      Aujourd’hui présentée comme une nouvelle puissance émergente, l’Union indienne sort d’une longue période de relégation dans le camp des pays en développement avec son cortège d’images stigmatisantes (pauvreté, ruralité, exotisme de son système social de castes). L’approche géopolitique et économique qui porte cette vision n’épuise cependant pas l’intérêt d’une étude de cet ensemble régional de l’Asie du Sud. Le cours se fixe pour objectif d’analyser les rapports entre société et espace dans cette partie du monde, sans se limiter au découpage en États. Nous aborderons l’Inde comme un problème à travers quatre grilles de lecture successives : les communautés qui la constituent, les champs de force politiques qui l’animent, les réseaux qui l’irriguent et enfin la société qui se construit à l’échelle de l’Asie du Sud. A l’issue de ce parcours nous pourrons étudier les lignes de partage cet ensemble régional et ses dimensions planétaires.
      Bibliographie :
      ASSAYAG, J. L’Inde désir de nation. ed. Paris: Odile Jacob, 2001. 347 p. ISBN 2-7381-0961-6.
      CLÉMENTIN-OJHA, C., JAFFRELOT, C. AND MATRINGE, D. Dictionnaire de l’Inde. ed. Paris: Larousse, 2009. XVI de pl. 479 p. ISBN 978-2-03-583784-4.
      DURAND-DASTÈS, F. AND MUTIN, G. Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien. ed. Paris: Belin /Reclus, 1995. 480 p. ISBN 2-7011-1671-6.
      LANDY, F. Une géographie, l’Union indienne. ed. Nantes: Editions du temps, 2002. 287 p. ISBN 2-84274-199-4.
      RACINE, J.-L., L’Inde et l’Asie. Nouveaux équilibres, nouvel ordre mondial. ed. Paris: CNRS éd., 2009. 213 p. ISBN 978-2-271-06880-4.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu : 40 % ; Examen : 60 %

      >> ARCHIVES

    • LGG 514 – Europe

      Enseignant : B. Elissalde
      Durée : 20 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 4 ECTS
      Contenu Comprendre le fonctionnement de l’espace européen, envisagé dans sa totalité et dans ses différentes dimensions .La construction européenne (politiques agricoles , régionales, coopérations diverses) occupe une place centrale, mais non exclusive. Après une interrogation initiale sur la validité des limites de ce « continent », le travail consistera à observer les dynamiques contradictoires d’intégration et de dislocation des différents types d’espaces et de territoires qui constituent l’Europe.
      Bibliographie:
      Foucher M. : Fragments d’Europe, Fayard (2ème édition)
      Barrot J., Elissalde B., Roques G. : Europe/Europes , Vuibert (2ème édition)
      Lévy J., 1998, Europe, coll. “ Carré ”, Hachette.
      Elissalde.B et al.: Géopolitique de l’Europe (ed Nathan, 2006)
      Contrôle : Exercice 40% Examen 60%.
      >> ARCHIVES

    • LGO 521 – Statistique spatiale

      Enseignant : Sophie de Ruffray
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 3 ECTS
      Contenu : L’objectif de cet enseignement est de permettre aux étudiants d’acquérir une démarche générale en géographie en utilisant les méthodes de statistiques spatiales, qu’elles relèvent des analyses factorielles, des classifications et/ou de l’autocorrélation spatiale. Ces connaissances seront appliquées dans le cadre des travaux dirigés à l’étude de problèmes concrets pris dans l’ensemble des champs de la géographie. Les travaux pratiques conduiront à l’utilisation de logiciels libres (GeoDa…)
      Bibliographie :
      Dumolard P., 2011, Données géographiques. Analyse statistique multivariée, Hermès, 208 p.
      Sanders L., 1990, L’analyse statistique des données en géographie, Montpellier, RECLUS, 267 p.
      Vigneron E., 1997, Géographie et statistique, Paris : Presses universitaires de France, Coll. QSJ
      Modalités de contrôle : Dossier 40 % ; Examen écrit de 3h: 60 %

    • LGG 522 – Modèles géographiques

      Enseignant : Matière non attribuée en juillet
      Durée : 12 heures CM + 12 heures TD ; Crédit : 2 ECTS
      Contenu : Sera tributaire de la proposition de l’enseignant titulaire
      Bibliographie : sera fournie à la rentrée
      Contrôle : exercice : 40% ; Examen : 60%

    • LGG 523 – Anglais appliqué à la Géographie

      Enseignant : O. Louiset, D. Mouralis
      Durée : 12 heures TD ; Crédit : 1 ECTS
      Contenu : Suite logique des enseignements d’anglais appliqué à la géographie (LGG 323 et 424).
      These classes are intended to familiarize L3 students with subjects and debates through Anglophone geographical and sociological studies (cultural studies, urban studies, cultural studies, environment…). With texts and other media, we’ll take the opportunity to improve students’ knowledge of English.
      Modalités de contrôle : exercice : 40% ; Examen : 60%

    • LGO 531 – Pratiques de terrain : du local au global

      Enseignants : M. Bussi, Vacataire
      Durée : 18 heures CM + 18 heures TD ; Crédit : 3 ECTS
      Contenu : Continuité de l’UE de S3 « Introduction à l’Aménagement du territoire », cet enseignement d’approfondissement permet d’analyser plus précisément les logiques politiques et le système d’acteurs oeuvrant au développement des territoires à différentes échelles (sous-régional, national et local). Les exemples étudiés en cours permettront d’effectuer un bilan critique des projets et porteront à la fois sur la France et sur les Etats des « Suds ». Ils montreront les spécificités des problématiques d’aménagement et de développement local en fonction des environnements naturels et sociaux.
      Bibliographie :
      – Le développement local, 2000, Longhi C., Spindler J., LGDJ
      – La question locale, 2000, Bourdin A., PUF
      – Utopie pour le territoire, 1999, Sous la direction de F. Gerbaux, édition de l’Aube
      – L’intercommunalité au service du projet de territoire, 2000, Logié G., Syros
      – Revue : Pouvoirs locaux, La Gazette des communes, Intercommunalités, Diagonale…
      Contrôle : exercice : 40% ; Examen : 60%

    • LGG 532 – Environnement entre Nature et société

      Enseignants : D. Mouralis – Z. Nouaceur
      Durée : 18 heures CM + 18 heures TD ; Crédit : 3 ECTS
      Contenu : Cette UE permet d’aborder l’environnement comme un objet scientifique complexe à la croisée des sciences de la nature et de l’homme. Divers objets d’étude relevant de « l’environnement » illustreront le propos : la chaîne des processus à l’origine de l’érosion et de la mobilisation des particules, le bassin versant, les notions de risque et de vulnérabilité ou encore la gestion du patrimoine « environnemental ». Pour chacun de ces objets, les domaines « naturels » et « anthropiques » sont fondamentalement indissociables ; les environnements sont le produit d’une permanente interaction entre ces deux domaines.
      Le bassin versant sera étudié à la fois comme un objet spatial essentiel des hydrosystèmes fluviaux et comme un outil d’aménagement et de gestion du risque hydrique. Son étude permettra donc de mettre en évidence le fonctionnement de l’aléa inondation, et de présenter les modes de gestion des risques liés à cet aléa. L’érosion est présentée à la fois comme un ensemble de processus « naturels » complexes et comme un produit de l’interaction entre les sociétés et leurs environnements. La géographie du risque pose de manière renouvelée la question fondamentale des rapports entre les sociétés et leurs milieux (à la fois naturels et anthropisés) tout en faisant éclater les distinctions traditionnelles qui séparent les champs physiques et sociaux. Enfin, la gestion du patrimoine environnemental devient un élément important de nos sociétés et pose, là encore, le problème des relations entre nos sociétés et leurs environnements.
      Bibliographie :
      Bravard, J-P. & Petit F., 1997, Les cours d’eau. Dynamique du système fluvial, Armand Colin, 221 p.
      Cosandey C., & Robinson M., 2000, Hydrologie continentale, Armand Colin, 360 p.
      Ghiotti S., 2007, Les territoires de l’eau. Gestion et développement en France, CNRS éditions, 246 p.
      Lageat Y., 2004, Les milieux physiques continentaux, Belin, 191 p.
      Lambert, R., 1996, Géographie du cycle de l’eau, Presses universitaires du Mirail, 439 p.
      Le Cœur C. (coord.), 1996, Eléments de géographie physique, Bréal, 416 p.
      Lefèvre C. & Schneider J-L., 2002, Les risques naturels majeurs, 306 p.
      Veyret Y., (dir.) 1998, L’érosion entre nature et société, SEDES, 344 p.
      Veyret Y., Garry G., et Meschinet de Richemond N. (dir.), 2004, Risques et aménagements en Europe, Armand Colin, 254 p.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu  40 % ; Examen : 60 %

    • LGG 533 Introduction à la recherche : problématiques mondialisées

      Enseignants : E. Leclerc et D. Todisco
      Durée : 18 heures CM + 18 heures TD ; Crédit : 3 ECTS
      Contenu : ce cours permet d’aborder d’une manière transversale des problématiques géographiques qui sont analysées et appréhendées dans leur dimension mondiale. Ces problématiques, jugées majeures dans la réflexion sur la géographie mondiale, touchent à la fois à l’environnement, aux milieux biophysiques anthropisés, au développement durable, et aux sociétés humaines dans leurs dimensions culturelles, politiques et économiques.
      Les problématiques géo-environnementales abordées concernent les relations Sociétés-Environnement. Elles mettent l’accent sur l’empreinte des sociétés sur leur environnement, et inversement, il s’agit de voir comment l’environnement, pris dans une large acception, interagit avec les facteurs humains, de l’échelle globale à l’échelle locale. Ces thématiques sont donc multiples et leur dimension planétaire en fait des sujets majeurs dans la compréhension de la géographie mondiale: changement climatique, énergie, déforestation, érosion des terres agricoles, dégradation et protection des écosystèmes, gestion de la biodiversité, gestion des ressources biotiques et à biotiques, ou risques naturels.
      Les problématiques sociétales retenues prennent pour appui une analyse des mobilités humaines dans leur diversité (migrations, déplacements touristiques, expatriations, expulsions) pour interroger les nouveaux rapports à l’espace planétaire. L’accélération des moyens de communication et de transport bouleversent les façons de faire de la société à toutes les échelles. Le cours s’attache à identifier les acteurs en jeu (entreprises, États, individus, institutions), leurs stratégies et les territoires produits.
      Bibliographie :
      Partie géographie de l’environnement:
      Arnould P.,et Simon L., 2007. Géographie de l’environnement, Belin, 303 p.
      Pennequin G., et Mocilnikar A.T., 2011. L’atlas du développement durable et responsable : 85 dossiers rédigés par des experts. Eyrolles, 450 p.
      Veyret Y., et Arnould P., 2008. Atlas des développements durables : Un monde inégalitaire, des expériences novatrices, des outils pour l’avenir. Editions Autrement, 87 p.
      Veyret Y., et Arnould P., 2012. Atlas des développements durables. Autrement, 64 p.
      Partie géographie humaine:
      CORTÈS, G. AND FARET, L. Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires contemporaines. ed. Paris: Armand Colin, 2009. 244 p.
      JAFFRELOT, C. AND LEQUESNE, C. L’enjeu mondial : les migrations. ed. Paris: Presses de Sciences Po, 2009. 311 p.
      LÉVY, J. L’invention du monde. ed. Paris: SciencesPo, 2008. 403 p.
      SIMON, G. La planète migratoire dans la mondialisation. ed. Paris: A. Colin, 2008. 255 p.
      Modalités de contrôle : Contrôle continu 40% ; Examen : 60%